23 Mai 2013 - Manifestation des Rippeurs Chalonnais - Reaction

 

Faire le buzz, surfer sur les difficultés, quelles qu’elles soient, n’est pas dans mes habitudes.

 

Une fois ne sera pas coutume, cette fois, ensuite de la première journée, hier, d’exercice de leur droit de retrait et constatant l’amoncellement de poubelles déversées ce matin par les rippeurs de l’agglomération chalonnaise, je prends la plume et je me permets de tirer la sonnette d’alarme.

 

Je me permets, simple habitante chalonnaise, bien que très militante et impliquée, d’interpeller les élus.

 

Je le fais parce que je constate l’exaspération des services tant municipaux que communautaires.

 

Je le fais parce que chaque semaine, et depuis plusieurs mois, des agents me contactent pour me faire part de leur colère, de leur mal-être, lorsque ce n’est pas de leur désespoir.

 

Je le fais car je dois leur dire mon impuissance actuelle devant ce qu’ils vivent au quotidien.

 

Je le fais car, malgré cela, je ne veux pas qu’ils puissent penser, une seconde, que je ne m’intéresse pas à eux, à chacun d’eux.

 

Elue entre 2001 et 2008, j’ai toujours eu à cœur de soutenir les agents. Je ne veux donc stigmatiser personne, faire le procès de qui que ce soit : ce serait trop facile, simpliste et parfaitement déplacé.

Force est cependant de constater qu’il y a un véritable malaise au sein des services et cela ne peut être nié. Par personne.

 

Je veux ici prôner la reprise du dialogue et l’écoute.

 

La médiation est un de mes chevaux de bataille : la vraie, celle exercée par un professionnel, tiers et neutre à  l’affaire. Je ne saurai donc que conseiller cette démarche et engager les élus et les services à prendre ce chemin.

 

Retrouvons la voie de l’apaisement et du dialogue.

 

C’est de la responsabilité de chacun. Y compris la mienne.

13 Mai 2013 - Jean-Louis Borloo sera sur le plateau de Mots Croisés ce lundi 13 mai à partir de 22h50 pour un débat sur l'emploi avec Michel Sapin.

07 Mai 2013 - Communiqué de Presse

 

Au bout d’un an de Présidence de François Hollande, on ne peut malheureusement que constater que tous les indicateurs sont au rouge : décrochage européen de la France, chômage sans précédent, croissance en berne, investissements éteints, crise sociale au plus haut… et l’on pourrait rallonger la liste à l’envi.

 

Lorsque l’on est dans l’opposition, il est de bon ton de taper sur ses adversaires. Et à l’inverse, on aime à écarter d’un revers de main systématique tout ce qui peut émaner de l’opposition, lorsque l’on est dans la majorité. Certes.

 

Cette méthode aujourd’hui connait ses limites et au-delà, fait le lit des extrêmes.

 

La démarche portée par Jean Louis Borloo, depuis lundi, est différente et mérite qu’on y prête attention…

 

Que propose-t-il ?

 

Tout d’abord de partager ces constats, de sortir des simples déclarations d’intention, des vœux, des postures.

 

Loin de vouloir constituer un gouvernement d’union nationale, voué à l’échec car on sait que le mot d’ordre se résumerait à « tous unis !!... mais derrière un seul! », il en appelle à un consensus républicain, sur 10 décisions vitales économiques et sociales pour redresser notre pays.

 

Cela suppose la lucidité et l’humilité de la majorité et l’apaisement et le volontarisme de l’opposition.

 

C’est une autre méthode, constructive, volontaire, courageuse et déterminée.

 

Changeons de gouvernance.

 

L’urgence l’appelle, les Français l’attendent.

06 Mai 2013 - Programme de redressement national : 10 décisions vitales pour sortir de la crise

Ce lundi à 11 heures 30, Jean-Louis Borloo, Hervé Morin et Jean-Christophe Lagarde ont présenté la méthode et le calendrier pour parvenir à un consensus républicain sur un programme de redressement national.

07 Avril 2013 - Oui, la réalité économique de la crise se décline jusque dans nos centres-villes…

En lisant ce lundi matin, le retour presse d’une partie du conseil municipal qui s’est tenu à Chalon jeudi dernier, les bras m’en sont tombés…

 

Il semblerait que le président du groupe socialiste au conseil municipal de Chalon y ait regretté les affiches placardées par certains commerçants chalonnais sur leurs vitrines, les qualifiant de « plus mauvaises des publicités »…

 

Comment peut-on être à ce point aveugle et sourd aux messages des commerçants? Comment nier, d’une phrase, leurs difficultés et leur colère ? Comment nier la réalité économique d’une crise qui se décline jusque dans nos centres-villes ?

 

Si ces mêmes commerçants avaient été entendus, ils n’auraient pas été contraints d’avoir à utiliser une telle méthode qui ne réjouit d’ailleurs personne.

 

Nos élus savent-ils seulement ce que c’est que d’être à la tête d’un commerce, de ce que l’on appelle une TPE ? Certes, ces petites structures ne créent que quelques emplois. Mais elles méritent tout notre soutien et nos encouragements car toutes les structures et tous les emplois comptent pour le dynamisme économique de notre territoire.

 

Combien d’heures passées pour un commerçant ou un gérant de petite société, seul, dans sa boutique ou son entreprise pour simplement, « la faire tourner », souvent à bout de bras ?

 

Qui peut croire, qui peut dire qu’il s’agirait là d’un coup de pub !!

 

Je ne suis en aucun cas le porte-parole des commerçants mais cette façon de faire d’un élu, quel qu’il soit d’ailleurs, me gêne profondément.

 

La première des obligations d’un élu est celle d’entendre la réalité du terrain, même, et je dirais surtout, si elle lui déplait. C’est par sa capacité à se remettre raisonnablement en cause, avec humilité et lucidité qu’il peut répondre aux attentes de ses concitoyens.

 

C’est cette méthode que j’ai apprise, c’est celle que je m’évertue à appliquer avec le plus de rigueur possible. C’est exigeant, c’est nécessaire et c’est impératif. Et c’est sans doute une autre façon de faire de la politique…



03 Avril 2013 - Un Grand Merci à André Rossinot, Président d'Honneur du Parti radical, Maire de Nancy et Président du Grand Nancy

Un grand merci à André Rossinot venu en soutien de notre réunion publique du Parti radical et de l'UDI71.

 

Retrouvez quelques retours presse, info chalon, en cliquant ici et le Journal de Saône et Loire, en cliquant ici

29 Mars 2013 - Laïcité, République.... et Pâques !!

La laïcité est un des principes fondateurs de notre république ; c’est grâce à elle que depuis 1905, le vivre ensemble est devenu une évidence.

 

Et cette évidence est chère, tout particulièrement, aux radicaux. C’est ce qui fait notre ADN.

 

Depuis quelques semaines, le monde connaît son 266ème pape, François.

 

Comment vivre cette nouvelle ? Comment concilier « papauté et laïcité » ? Religion et République ?

 

C’est assez simple. La laïcité ne nie pas les religions, les églises, les mosquées ou les synagogues. Elle ne les promeut pas non plus.

 

Elle veille à ce que chacun puisse vivre sa foi, librement, mais toujours, dans le respect de la République, de ses règles et de ses institutions.

 

Les religions ont vocation à l’universalité. L’Eglise catholique est universelle.

 

Le monde attend, notamment, la parole de l’Eglise. Le pape François, dès son élection, s’est adressé au monde, au-delà du seul monde catholique, avec humilité, respect et fraternité.

 

Le message adresse était empreint d’universalité mais sans être prosélyte.

 

La radicale que je suis s’en réjouit.

 

Tout cela est de bien bon augure pour la promotion du vivre ensemble, de notre cohésion nationale et de notre République.

 

Et en cette veille de weekend pascal, je souhaite à tous les catholiques, à tous les Chrétiens de très belles fêtes de Pâques et à tous les autres un excellent weekend…



28 Mars 2013 - Le Président Hollande va s’adresser à nous, Français… alors, Parole d’un soir ??

Car c’est bien de cela dont il va s’agir…

 

Va-t-il réussir là où il échoue de manière constante depuis près de dix mois ?

 

Va-t-il reconnaître ses erreurs et rectifier les mesures prises dans le secteur du bâtiment, des services à la personne ? Va-t-il revenir sur les mesures qui ont conduit à la suppression du dispositif d’allègement de charges et à la défiscalisation des heures supplémentaires ? Va-t-il revenir sur la compétitivité des entreprises, celles qui créent des emplois et qui aujourd’hui souffrent plus que jamais, les petites et moyennes entreprises et les artisans.

 

Va-t-il enfin comprendre qu’il faut légiférer, non plus pour ou contre les entreprises du CAC 40, mais pour toutes les autres, celles qui constituent, aussi, le tissu et développement économiques de nos territoires ? Va-t-il annoncer qu’il faut libéraliser et simplifier le droit du travail, qu’il faut avoir confiance dans les entrepreneurs de ce pays ?

 

Va-t-il également revenir sur la réforme des rythmes scolaires, véritable usine à gaz où même les professeurs des écoles s’y perdent ?

 

Aura-t-il cette sagesse, cette humilité ?

 

Je regarderai tout cela avec beaucoup d’intérêt mais j’avoue ne pas en attendre grand-chose. La bonne nouvelle c’est que n’en attendant pas grand-chose, je ne risque pas d’être déçue…



Jean Girardon,

Président du Parti Radical de Saône-et-Loire,

Co-coordinateur de l’UDI 71,

Conseiller général de Saône-et-Loire,

Président de l’association des Maires de Saône et Loire,

 

Et les membres de la coordination UDI 71

 

vous convient à venir participer à une soirée-débat,

 

 

« 2014 : la reconquête

de nos territoires !! »

 

 

en présence d’

André Rossinot,


Ancien Ministre,

Président d'Honneur du Parti radical,

Maire de Nancy, Président du Grand Nancy

 

Le Mercredi 03 avril 2013

A 19h30,

A Chalon sur Saône,

Salle du Clos Bourguignon,

12 avenue Monnot





25 Mars 2013 - Parce que nous ne gagnerons pas sans être rassemblés : petite explication de texte en ce lundi matin….

A la lecture de la presse locale, je veux apporter quelques précisions.

 

S’il est vrai qu’à ce jour, nous ne souhaitons pas de parachutage, ce n’est pas par dogmatisme ou par peur de talents extérieurs. Au contraire, ils sont les bienvenus.

 

Cependant, le pragmatisme et la lucidité doivent conduire notre démarche.

 

La campagne des législatives, et l’abstention record d’alors, m’a définitivement convaincue que nos concitoyens attendent autre chose de la politique, une autre gouvernance que celle qu’ils connaissent depuis 50 ans.

 

Non cumul des mandats, statut de l’élu, proportionnelle, éthique, parité et… proximité de leurs représentants.

 

Et Chalon foisonne de talents, d’énergie, d’envie, d’enthousiasme et d’ambition !

 

Et c’est très bien ainsi ! Car si l’ambition personnelle en politique est nécessaire, toute la question est de savoir si une ambition personnelle prévaudra sur l’ambition partagée de reconquête de notre territoire chalonnais.

 

Les mois à venir y apporteront réponse.

 

Et pour ma part, je continue et je continuerai à travailler, comme je le fais depuis septembre 2011, au rassemblement des familles politiques de la droite et du centre, avec toujours autant de détermination, d’écoute, de pugnacité et de sérénité.

 

Car c’est ensemble que nous saurons créer l’adhésion de nos concitoyens et que nous pourrons alors donner à Chalon l’oxygène qui lui est nécessaire pour les 20 années à venir…



SYRIE: Que cherche le Président Hollande ?

Le Président Hollande a émis le souhait de voir levé l’embargo existant vis-à-vis de la Syrie, notamment sur les armes et ainsi permettre aux combattants communément appelés par les médias « les rebelles », de disposer en suffisance d’armes de toutes natures pour lutter contre le régime et les troupes de Bachar El Assad, Président syrien en exercice.

 

Loin de moi la pensée que l’instauration de la démocratie et la sauvegarde d’un peuple souffrant au quotidien ne méritent pas une intervention internationale… bien au contraire.

 

Encore faut-il cependant s’interroger sur les modalités d’une intervention adaptée, efficace, respectueuse des intérêts du pays concerné et de son peuple et qui ne soit pas source de détérioration de la situation et d’amplification des souffrances individuelles ou collectives, immédiates ou à moyen terme.



Encore faut-il se poser quelques questions de bon sens.

 

-      les rebelles sont constitués en groupes hétérogènes, aux objectifs plus ou moins clarifiés; ils ne sont donc pas structurés, ne disposent pas d’un commandement unique, légitimé et reconnu par les combattants syriens et les pays extérieurs. N’est-ce pas une condition à imposer avant toute intervention ?

 

-   qui recevra et utilisera ces nouvelles armes ; à quelles fins ? l’instauration d’une réelle démocratie ou l’accès au pouvoir de groupes plus ou moins fondamentalistes ?

 

-    qui peut justifier ainsi une telle ingérence dans le gouvernement d’un pays, un risque de déstabilisation accrue du Moyen-Orient et d’innombrables pertes humaines supplémentaires sans aucune obligation de résultat et sans contrôle?

 

-        que vont devenir les populations civiles syriennes, de quelque bord qu’elles soient ?

 

-    et enfin, qui peut avoir la suffisance de faire croire aux européens que les armes fournies pourront faire l’objet d’un suivi à distance pour en contrôler la localisation et l’utilisation ?





Sur ce point, Hervé Morin, député UDI et ex Ministre de la Défense, a redit toute son hostilité à la fourniture par la France d'armement à la résistance syrienne:

 

"Ajouter la guerre à la guerre ne mènera à rien" et ne saurait "fléchir un tant soit peu le régime de Bachar al-Assad ou la position russe ou chinoise".

 

Les mouvements qui constituent cette résistance "sont en grande partie des jihadistes ou des salafistes". "Qui vous dit que dans six mois, ces mêmes armes ne seront pas retournées contre nous-mêmes ?"

 

Enfin, a-t-il résumé l’argument : "Expliquer qu'il y aurait une traçabilité des armes, c'est de la foutaise absolue. Le missile Milan que vous allez leur donner, lorsque dans six mois il sera dans les mains d'un réseau terroriste quelconque, ce sera toujours un missile Milan et vous ne saurez pas où il est".

 

Car oui !

 

Si la solidarité internationale peut profiter à beaucoup quand elle prône l’envoi d’aides médicale et alimentaire, de moyens pour les camps de réfugiés (unités d’alimentation en eau, en électricité, tentes, matériels divers), d’assistance au rétablissement, même a minima, d’une vie confortée sur le moyen terme (école, hôpital de campagne…), le commerce des armes profite à quelques uns.

 

Alors que cherche réellement le Président Hollande ?

 

Faire de la France le nouveau « gendarme du monde », sans l’aval et la participation de nos partenaires européens et au moment même où le Président Obama semble vouloir recentrer son action sur son pays ?

 

Augmenter son niveau de popularité en misant sur l’international ?

 

Là, encore, la France risque de se retrouver isolée et affaiblie…

 

Tout cela reste inexorablement flou et manque de cap.

 

Le Président Hollande « sait-il où il va ? »…



18 Mars 2013 - Legislatives Partielles: une victoire annoncée de la droite républicaine qui doit pourtant nous interpeller...

Le résultat des élections législatives partielles hier dans l’Oise, où la candidate socialiste a été éliminée dès le premier tour, fera certainement réfléchir à deux fois au moins, l’exécutif gouvernemental quant au fait d’engager rapidement une loi sur le non cumul des mandats et ses conséquences, des législatives partielles en nombre.

 

Même si le président Hollande lors du dernier conseil des ministres a réaffirmé sa volonté de voir cette promesse de campagne tenue au plus tôt, je gage que la claque que le PS a prise hier, va le faire reculer, une fois de plus.

 

Mais ce n’est pas grave, puisque l’excuse de risque d’inconstitutionnalité est toute trouvée car pointée du doigt par le Conseil d’Etat.

 

Mais le problème de fond est là : le risque de l’émergence massive du Front National lors des prochaines échéances électorales est présent.

 

Cela devra interpeller tous les candidats !!

 

Combat projet contre projet, idées contre idées, développement des territoires, économie, sécurité, laïcité, vivre ensemble : autant de sujets qui devront être portés avec beaucoup de méthode, de clarté et de justesse.

 

A défaut, le Front national aura un Boulevard et celui-là ne sera comme celui de la République à Chalon… le Front national risquerait de n’y connaître aucun embouteillage…



14 Mars 2013 - Panique au Château !!

Le déplacement dijonnais du Président aura au moins eu une vertu : celle de lui faire prendre conscience « des blocages importants dans notre société, des délais de prise de décision trop longs, des textes qui prennent énormément de temps de débat au Parlement ». Et ça c’est François Rebsamen qui nous le dit, hier sur France Info.


Outre le fait qu’il est hallucinant que François Hollande, ne s’en soit pas rendu compte plus tôt, on se dit que la réponse apportée va être à la hauteur du « Flash » (*) du Président…


On imagine qu’enfin des mesures sur la TVA dans le bâtiment vont être revues, que les charges qui pèsent sur nos entreprises vont être allégées ou bien encore que la relance d’un plan de service à la personne va être annoncée …


Mais non !! La prise de conscience présidentielle débouchera sur une loi d’habilitation permettant à l'exécutif de légiférer par ordonnance, c'est-à-dire, en clair, qu’on permettra au gouvernement de se passer de la consultation du Parlement.


Sur le principe, pourquoi pas ? Cela peut se révéler efficace et pertinent lorsque les ordonnances porteront sur des problèmes purement techniques mais cela ne peut être une solution à tout !


Non décidément, le Président navigue à vue et le brouillard est épais !!


Le diagnostic posé par Jean Louis Borloo est le bon : « l’Exécutif est dans une panique totale !! »

 

(*): flash: définition: idée ou sensation soudaine - synonyme en terres chalonnaises: bus...

13 Mars 2013 - Un renoncement à saluer !!

Le Président Hollande a tourné le dos au candidat Hollande, une fois de plus !!...

 

En effet, François Hollande a décidé que la reforme constitutionnelle se ferait a minima, abandonnant ainsi un de ses engagements forts (et phares, on se souvient de la véhémence dont il faisait preuve à l’époque) de campagne : celui du droit de vote des étrangers.


Je me réjouis de cette décision, position défendue par Jean-Louis Borloo, Président de l’UDI, lors de l’un de ses derniers entretiens avec le Président.


Il y a d’autres sujets, infiniment plus graves et plus urgents, tels que la baisse des dépenses publiques, la réforme de l’Etat, ou bien encore la réforme des rythmes scolaires dans laquelle s’enlise Monsieur PEILLON, réussissant l’exploit de cliver sur un sujet qui, pourtant, faisait consensus.

 

Alors ne lâchons rien, battons-nous, soyons critiques mais constructifs: c’est à ce prix que nos idées seront entendues et que les Français nous feront à nouveau confiance…



11 Mars 2013 - Saluons, unanimes, le retour à la raison de François REBSAMEN…

 Invité de Jean-Pierre Elkabbach, ce matin, François REBSAMEN, Sénateur-Maire de Dijon et Président de l’agglomération « Le Grand Dijon », hôte du Président HOLLANDE pour deux nuitées, a déclaré que les collectivités territoriales devaient participer à l’effort collectif de redressement de la nation, invitant donc en cela d’autres présidents d’exécutif local, et pourquoi pas chalonnais, à en faire autant.


J’ai pourtant le souvenir de discours bien différents d’un certain nombre de maires PS de grandes villes et villes moyennes, qui n’avaient de cesse que de dénoncer le désengagement de l’Etat, lorsque le qualificatif d’abandon n’entrait pas dans le débat…

 

Saluons donc, unanimement, ce retour à la raison, à la lucidité et à la responsabilité !! Car oui, les collectivités territoriales devront assainir leur gestion, de façon drastique et durable, tout simplement parce que la réalité économique de notre pays s’impose à tous.

 

Dommage que cette prise de conscience n’ait pas eu lieu plus tôt. On aurait aimé que tel fut le cas bien avant mai 2012…



08 Mars 2013 - Entre Inauguration du Salon de l'Habitat et Economie solidaire

Après l'inauguration du Salon de l'Habitat ce matin à Chalon, ce soir, à Dijon, lors de la soirée de remise du challenge interbancaire du Fonds de Garantie à l'Initiative des Femmes (FGIF), où l'on m'a demandé, es qualités de chef d'entreprise qui a été accompagnée par le FGIF, il y a maintenant trois ans, de remettre le 2ème prix, à Monsieur VAPPEREAU, Directeur de site Crédit Agricole de Beaune.

07 Mars 2013 - Réaction aux Braquages du centre-ville à Chalon-sur-Saône

Pondération, modération et vigilance.

Si la sécurité et la tranquillité publique seront des thèmes de campagne majeurs, veillons à ce qu'ils ne soient pas des thèmes électoralistes.

 

Retrouvez l'intégralité de mon communiqué de presse en cliquant ici.

04 Mars 2013 - Madeleine MAZIERE se livre à infos-chalon

Sagacité, énergie, humilité, pertinence, simplicité, engagement, courage, car il lui en a fallu !!... une très grande dame de la politique...

Retrouvez l'intégralité de son interview, dans infos-chalon, en cliquant ici.

01 Mars 2013 - Une proposition de loi parfaitement scandaleuse !!

La proposition de loi relative à la mise en place d'une amnistie qualifiée de sociale est parfaitement scandaleuse !

 

Où est l'autorité de l'Etat ? Où est l'égalité de traitement des justiciables ?

Où est la promotion du dialogue social alors même que nous allons connaître une situation sociale hyper tendue ??

 

Et qui nous donnait des leçons de "nouvelle gouvernance" pour une "France apaisée", il y a un an ??!!...

 

Affligeant...